posté le 11/03/13

l'eau au coeur de la conférence

L’EAU, donnez votre avis !

 

La deuxième conférence organisée par l’association AVOINE a eu lieu sur le thème de l’EAU, avec pour intervenants Mirabel Lorraine Nature Environnement (Mirabel LNE) et le groupement des agriculteurs biologiques de Lorraine (CGA Lorraine).

 

Une consultation du public sur l’avenir de l’eau et des milieux aquatiques

Dempsey Princet, animateur à Mirabel LNE, a présenté la démarche mise en place par l’Agence de l’Eau Rhin Meuse dans le cadre de la révision de son schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE).

« La participation des citoyens, en tant que premiers contributeurs au financement de la politique de l’eau par les redevances (86% lors du dernier programme d’actions) doit être active », insiste M. Princet. La consultation du public est une occasion pour tous de se rassembler autour des enjeux de préservation de l’eau, de prendre conscience de la fragilité de cette ressource et de la responsabilité de chacun, l’occasion de se mobiliser pour préserver un bien commun. L’association Mirabel LNE a lancé quelques chiffres pour alerter sur cette fragilité : 380 captages d’eau potable ont été fermés ces dernières années sur le territoire de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse, dont 15% pour des pollutions aux nitrates ou pesticides.

Lors de cette présentation, l’assemblée, composée d’une trentaine de personnes a aussi insisté sur la difficulté des petites communes rurales de se mettre aux normes vis-à-vis du rejet des eaux usées. Ce coût financier n’est pas toujours supportable pour celles-ci. « Voici un bel exemple de remarque à noter dans la consultation », a complété Sylvie Rose, présidente de l’association AVOINE. Pour donner votre avis, rendez-vous sur le site de Mirabel LNE http://mirabel-lne.asso.fr/.

 

Quelle agriculture pour garantir une eau de qualité ?

La deuxième partie, plus animée, a porté sur le volet agricole et l’impact de ses pratiques sur la qualité des eaux. Patricia Heuzé, chargée de missions au CGA de Lorraine, a dans un premier temps dressé un constat sur les pollutions agricoles et le coût engendré aux citoyens. Cours des Comptes, parlement européen, etc. vont dans le même sens : celui-ci est trop important, sous-estimé et nécessite de mettre en œuvre des actions correctives.

L’intervenante a mis en avant l’intérêt de l’agriculture biologique face à cet enjeu. S’appuyant sur de nombreuses études françaises ou européennes, elle a montré que ce mode de production permettait de réduire significativement les taux de nitrates et les pesticides chimiques de synthèse, interdits dans ce mode de production.

Cependant, le public a souhaité ne pas mystifier la profession agricole et a rappelé les nombreux efforts faits ces dernières années. Mme Heuzé les reconnaît, « cependant ils ne sont pas encore suffisants au regard de la qualité de l’eau aujourd’hui ». Elle a notamment mis en avant la présence de glyphosate, herbicide appelé couramment Round-Up, dans la Seille sur le secteur de Mulcey à des taux ponctuels 30 fois supérieur à la norme.

Ces résultats sont publics et disponibles sur le site suivant : http://rhin-meuse.eaufrance.fr/

 Les débats ont continué autour d’un pot.

Sylvie Rose a annoncé le prochain rendez-vous, la diffusion du film "Les Moissons du Futur" de Marie-Monique Robin le vendredi 22 mars.
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 15/02/13

Après le gaz, AVOINE aborde l' Eau !

Une première conférence au mois de janvier sur le thème de la méthanisation a réuni près de 100 personnes à la MJC de Dieuze. AVOINE continue donc !

L’eau : un enjeu majeur pour ces prochaines années

Cela ne coule toujours pas de source; les enjeux de l’eau sont primordiaux pour notre santé et celle de la biodiversité qui nous entoure. Or, les dernières informations, aussi bien nationales que locales, sont inquiétantes. Plus de 80% des rivières polluées par des produits (agricoles ...etc),   de nombreux captages d’eau qui sont arrêtés ou qui nécessitent la mise en place d’usine de dépollution, des cours d’eau qui se tarissent en été entrainant la destruction de leur milieu… voici quelques éléments qui alertent l’association.

AVOINE décide donc de mettre ce sujet autour de la table avec pour intervenant Mirabel Lorraine Nature Environnement et le groupement des producteurs bio de Lorraine.


L’objectif est bien sûr de dresser un état des lieux et surtout d’aborder des solutions que tout le monde peut mettre en place. Venez et n'hésitez pas à poser vos questions !
 
Des échanges respectueux et la convivialité qui sera illustrée par un pot de fin de soirée seront également programmés par l’association.
 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 13/02/13

projet d'usine de méthanisation dans le Saulnois

MÉTHANISEUR du SAULNOIS : PRUDENCE !

 

Répondant à l'invitation de l'association AVOINE, les porteurs du projet avec à leur tête Laurent Paté, Président de "Méthanisation Seille Environnement", ont, pendant plus de deux heures, présenté à la nombreuse assistance ce que devrait être ce projet novateur.

 

 Alain Badoc, le "Monsieur Méthanisation" de la chambre d'agriculture a d'abord expliqué ce qu'était un méthaniseur. Laurent Paté et Michel Rémillon ont détaillé celui du Saulnois.

L'assemblée a pu, tout au long des interventions, poser toutes les questions auxquelles ont patiemment répondu les membres de "Méthanisation Seille Environnement". Le débat a porté surtout sur la philosophie du projet et sur l'avenir de l'agriculture dans le Saulnois.

 L'association AVOINE qui avait préparé cette réunion, disposait de nombreux arguments à opposer aux promoteurs du méthaniseur. En effet, ce type de projet fait débat et bien qu'AVOINE ne rejette pas l'idée de la méthanisation, le problème réside dans le risque de changement de vocation des terres agricoles. Le méthaniseur fonctionne avec l'apport des effluents des animaux (peu méthanogène) mais doit aussi recevoir d'autres apports pour une bonne et efficace fermentation dans le digesteur.  Ce pourrait être des déchets verts de la CCS, des déchets des particuliers, des déchets des cantines (apports actuellement à l'étude), mais ça sera aussi de la paille et des cultures appelées "dédiées" comme le maïs au fort pouvoir fermentogène.

 La crainte majeure d'AVOINE est qu'on induise une modification d'usage des terres agricoles  en instaurant une concurrence de ses usages. La production de gaz viendrait alors se substituer à la vocation alimentaire de l'agriculture au même titre que les « biocarburants ». A terme, des éleveurs pourraient même abandonner l'élevage au risque de voir le secteur transformé en "Maïsland"

 

Laurent Paté, Michel Rémillon mais aussi Bernard Lemmens, ingénieur qualité au GPB (Groupement des producteurs de blé) ont tenté de rassurer les membres d'AVOINE. Les apports en maïs seront limités. C’est du moins ce qu’ils affirment… Michel Rémillon a aussi rappelé les contraintes liées au programme Natura 2000 qui protège l'environnement de la haute vallée de la Seille.

 AVOINE s’interroge de la réelle efficacité de l’épandage du digestat sur les captages :  

 

L’azote du digestat se présente sous forme minérale à 80% contrairement au fumier de bovin à 80% sous forme organique. Cette différence est très importante : Si l’azote organique est assez bien retenu par le sol et assimilé par les plantes de façon progressive, il n’en est pas de même pour l’azote minéral (contenu en importance dans les lisiers, digestats de méthanisation ou nitrates de synthèse). Très soluble, il est directement disponible pour les plantes, mais tout excès percole irrémédiablement en profondeur du fait de l’absence de fixation dans le sol. Il rejoint ainsi les eaux souterraines et/ou superficielles.

 AVOINE se questionne aussi sur les pratiques remises en cause par une telle usine :  

 

incompatibilité d’un tel système avec une agriculture durable (dite de conservation), qui préconise de :

-   couvrir le sol le plus possible avec une diversité des cultures et des couverts, intercultures.

-   restituer les résidus de récolte et les couverts au sol
 

Ce projet de méthaniseur regroupe 18 agriculteurs du secteur regroupé pour l’occasion en association : ce sera donc une usine qui traitera un grand volume d’effluents agricoles. Il sera situé au carrefour de Marsal, face à Haraucourt, à droite en allant sur Dieuze. Michel Rémillon annonce qu’ils ont déjà l’accord des bâtiments de France pour l’implanter. Quant au financement, il est assuré par les agriculteurs qui espèrent bien recevoir des subventions (ils peuvent espérer 40-50 %). Cette « usine à gaz » sera rentable dans les 8-10 ans … sans tenir compte des subventions.  
 
On ne sait pas si au terme de la réunion les participants ont été convaincus mais on peut se féliciter de la haute tenue des débats et de la qualité des échanges. Des échanges qui auront permis d'éclaircir certains points, de mettre en avant les craintes des uns et des autres, mais aussi de se poser des questions éthiques sur le bien fondé d’une telle entreprise. Le projet, qui en est à ses balbutiements selon les porteurs du dossier, (si tout se passe bien, le méthaniseur fonctionnerait en 2016) sera l'objet d'autres réunions, d'autres débats puisque l'association "Méthanisation Seille Environnement" s'engage à la transparence dans la gestion de ce dossier.

Pour conclure et avant d'inviter l'assemblée à déguster gâteaux et breuvages préparés par ses collègues, la Présidente d'AVOINE, Sylvie Rose a prévu d’organiser la visite d’un méthaniseur à Mignéville (54) et à Ribeauvillé (68), avec les personnes intéressées.

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 23/01/13

Nouvelle rubrique dans votre blog !

Le blog d'AVOINE du Saulnois s'enrichit d'une nouvelle rubrique : "la revue de presse".

Vous y retrouverez les articles de presse, principalement du Républicain Lorrain, des manifestations, interventions ... organisées par notre association.

Notre press-book en quelque sorte !

 

Le premier article du RL qui évoque AVOINE il y a déjà plus d'un an déjà !

 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 11/01/13

usine de méthanisation

Conférence-Débat sur la Méthanisation dans le Saulnois,
Le vendredi 18 janvier à 20h à la MJC de Dieuze.

En présence des agriculteurs porteurs du projet
et de M. Badoc de la Chambre d'agriculture de Moselle.

 

Ouvert à tous, entrée libre.

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

PSQ57  le 19-01-2013 à 23:47:07  #

J'espère que tout le monde connaît la ville de Beckerich, commune luxembourgeoise de 2000 - 2500 habitants qui est presque autonome en énergie (http://www.consoglobe.com/beckerich-exemple-commune-ecologique-2616-cg).
La biomasse y participe activement !
Voir aussi http://www.iut-longwy.uhp-nancy.fr/actualites/les_actualites_de_l_iut/archives_des_actualites/2011_2012/rencontres_transfrontalieres_l_efficacite_energetique_et_les_energies_alternatives.

webmasterAVOINE  le 14-01-2013 à 22:13:43  #

Merci JMMATHE ! Nul doute que les avoineurs iront visiter votre site avant la conférence !

jmmathe  le 14-01-2013 à 09:34:24  #   (site)

Bonjour à tous,

Je préside l'ADPN (association de défense du Pays de Nied) qui se bat contre un projet d'usine de méthanisation à Boulay.

Nous sommes de tout coeur avec vous dans ce combat (je suis en contact avec une quinzaine d'associations qui mènent ce même type de combat)

Vous pouvez mettre notre site en lien :
www.adpn-asso.org

Il y a aussi mon blog : http://nonalusine-boulay.over-blog.com

Bonne continuation.
Cordialement
@+
JMMathé

 
 
posté le 02/01/13

BONNE ANNÉE 2013 !

 

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
posté le 22/12/12

Noël

AVOINE du Saulnois vous souhaite

 

  un joyeux Noël

 

  et d'agréables fêtes de fin d'année !

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

tchan  le 23-12-2012 à 05:55:13  #   (site)

joyeux noel a toi aussi

 
 
posté le 18/12/12

Petits gâteaux aux noisettes

La recette des petits gâteaux aux noisettes

 

Testés à l'occasion de l'Assemblée Générale d'AVOINE, ces petits gateaux ont connu un beau succès.

Nous vous dévoilons ici son secret de fabrication !

 

 Pour 70 pièces environ

 

Temps de Préparation : 15mn

Temps d’attente : 1 nuit

Temps de cuisson : 10mn

 

125g. de beurre salé

100g. de sucre

1 œuf

1 sachet de sucre vanillé

150 g. de farine (semi complète de la Ferme d’Alteville !!!)

100g. de noisettes moulues

+noisettes entières pour la déco

1 œuf battu pour coller les noisettes

 

Pétrir le beurre et le sucre, ajouter l’œuf, la poudre de noisettes. Incorporer la faine, et travailler le tout.

Laisser reposer une nuit au frais.

Le lendemain, rouler des petites boules et disposer sur une tôle recouverte de papier sulfurisé.

Tremper les noisettes entières dans l’œuf battu et enfoncer légèrement une noisette sur chaque boule.

Faire cuire 10mn à four moyen (th 6).

 

Cette recette peut être adaptée avec des amandes et poudre d’amande, ou encore avec des noix.

 

 


Commentaires

   Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
0 commentaire
 
 
 

Ajouter un commentaire

Aucune insulte, délation ou atteinte à la personne n'est tolérée dans les commentaires.
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article